viz
viz smart
dates
50c

EDITO

Wish you were here.

La chanson Wish You Were Here est parue sur l’album éponyme de Pink Floyd le 12 septembre 1975 au Royaume-Uni, écrite par Roger Waters et composée par David Gilmour en souvenir de leur ami Syd Barrett, ancien et génial leader du groupe, dont les addictions et les troubles mentaux qui en découlèrent (à moins que ce ne fût le contraire) ne lui permettaient plus d’assurer les concerts depuis 1968…

La chanson exprime l’absence de l’ami, les questions existentielles qu’elle soulève, la peur en miroir de sa propre perte de repères et de la fragilité croissante des certitudes que l’on s’était forgées. Elle dit aussi l’espoir de retrouvailles, celui de revivre ensemble le temps de l’insouciance et des serments d’enfance.

On peut y voir une métaphore fractale : ce qui vaut pour chacun, vaut pour le tout. Ainsi vont les civilisations, les sociétés, les familles et les paires d’amis, dont les projets communs, l’ouverture à l’autre qui fait d’abord sens à l’existence, l’enthousiasme irrépressible du faire ensemble, s’étiolent peu à peu, à mesure que se distendent les liens qui unissaient, que s’étroitise avec les vicissitudes le champs des perceptions et s’appauvrit le domaine des possibles, que la vie sociale semble aller s’inscrivant en principe de fermeture, puis de défiance, et enfin de peur…

Pourtant rien n’oblige quiconque à céder à la facilité d’emprunter cette ligne de plus grande pente, et il n’est pas si difficile de retrouver, au fond de soi, et en réfléchissant bien, la voie de la bienveillance, de la curiosité, de l’émerveillement, de la joie. De l’enfance.

C’est exactement ce que vont contribuer à faire, plus de 50 fois, les 28e Musiques d’Ici et d’Ailleurs, toujours en accès libre, chaque jour – ou presque – et durant tout un mois, sur les places de cinq communes et les jeudis, pour les enfants, dans autant de quartiers, en invitant le meilleur de la scène internationale des musiques d’aujourd’hui, mais aussi du Grand Est ; jusqu’au Jard anglais avec les 4e « MIA3J » qui célébreront encore plus haut le talent au féminin, dans toutes ses dimensions.

Tous ces magnifiques artistes sont invités à s’approprier la chanson de Pink Floyd, avec pour chacun sa sensibilité, sa langue, sa culture. Comme le fera Thomas Nguyen, en résidence de création artistique, qui mettra en scène « Dreamland », sa cantate pour trio rock progressif et ensemble à cordes après une semaine de répétitions et de rencontres place du Maréchal Foch, en ouverture d’un festival que nous voulons toujours plus libre, égalitaire, fraternel. Ouvert.

Wish you were here…

Patrick Legouix

prograM
00polca-copy

ON AGIT POUR VOS OREILLES

Musiques sur la Ville est membre du POLCA  (Pôle Régional des Musiques Actuelles en Champagne-Ardenne), et soutient le programme Agi Son pour la prévention des risques auditifs (documentation & bouchons d’oreilles à disposition sur nos stands).

logo-agi-son
cam-copy

LE FESTIVAL EN DIRECT : LA WEBCAM

La webcam du festival en direct durant les concerts programmés places Foch et République ainsi que les 3 jours MIA3J au Jard anglais et tous les after sur notre site.

logo-orange